la naissance dans les Ecritures

Dans la Bible, que signifie l'expression "Fils de l'homme" ?

Dans l'Ancien Testament, l'appellation "fils d'homme" apparaît très souvent comme un synonyme d' "homme". Elle désigne un membre de la race humaine. On pourrait la traduire par "Fils d'Adam".

Dans les Évangiles, Jésus se désigne habituellement d'un titre énigmatique : "Fils de l'homme". Curieuse expression... Que signifie-t-elle ?

Cette expression est souvent associée à la précarité l'homme, sa fragilité, sa petitesse devant Dieu. Mais elle est aussi mise en lien avec le projet de Dieu: ce petit homme, ce "terreux", Dieu en fait le maître de la création et le comble de ses dons. Le psalmiste peut alors s'écrier, ébahi: "Qu'est-ce que l'homme pour que tu te souviennes de lui, le fils d'homme pour que tu en aies souci ?" (Psaume 8, 5).

Le fils d'homme des Apocalypses

L'appellation "fils de l'homme" apparaît dans le livre de Daniel (Daniel 7, 13). Elle désigne le vainqueur des puissances du monde, représentées par autant de bêtes féroces. Le Fils de l'homme est le vainqueur du combat et la royauté universelle lui est remise.

Dans les paraboles du livre d'Hénoch, le fils d'homme est un être mystérieux, séjournant auprès de Dieu, possédant la justice. Il doit venir à la fin des temps où il siègera sur son trône de gloire, juge universel, sauveur et vengeur des justes qui viendront auprès de lui après la résurrection.

Quand Jésus se présente

Dans les Évangiles, l'expression "Fils de l'homme" apparaît plus de 70 fois. Et... exclusivement sur les lèvres de Jésus ! On peut donc penser que les évangélistes ont retenu là une de ses expressions typiques. Pourquoi Jésus se présente-t-il ainsi ?

Peut-être à cause de l'ambiguïté du titre. Car il peut être compris dans un sens banal : Jésus est "fils de l'homme", au sens où il est pleinement homme, enraciné dans une descendance, rattaché à une famille, des amis, un métier, un village... Il vit discrètement, sans revendiquer sa filiation divine. Mais l'expression renferme aussi une allusion nette à l'apocalyptique que tout juif est susceptible d'entendre. Elle laisse entrevoir l'autre face, plus mystérieuse, de son identité. Cet homme a un rapport particulier à Dieu qui "a mis en lui tout son amour". Il est le Fils de Dieu.

L'expression laisse donc ses interlocuteurs libres. Libres d'ignorer qui est Jésus, de le questionner sur son identité ou de se mettre à sa suite. Finalement : celui qui a des oreilles qu'il entende !

Juillet 2002 - revu en 2013
Croire.com